Abeille dans une ruche en train d'oeuvrer

Les 3 choses que les abeilles m’ont appris sur les affaires

Février 19, 2019 / Écrit par

L’abeille domestique me fait souvent penser aux entrepreneurs. Elle a un instinct de survie très fort et contribue à la société au-delà de ce que l’on peut mesurer objectivement, soit le miel et le pollen qu’on récolte.

En fait sa contribution principale c’est la pollinisation des plantes. Sans elles, notre univers alimentaire serait bien fade. Il en va de même des entrepreneurs. Leur contribution principale en dehors des emplois, des biens et des services qu’ils créent, c’est le bonheur qu’ils répandent autour d’eux. Pensez-y, notre qualité de vie serait beaucoup moins grande sans l’apport des richesses créées par les entrepreneurs. Regardez autour de vous ! Tous les objets qui vous entourent et nous rendent la vie agréable ont été créés par les entrepreneurs. Ce sont eux les pollinisateurs de la société.

Voyons donc le parallèle entre les abeilles et les entrepreneurs et quelles leçons elles peuvent nous donner.

 

1ère leçon : l’importance de la colonie sur l’individu

Dans le monde fascinant des abeilles, les individus se sacrifient au nom de la colonie. Les abeilles ne pourraient survivre de façon individuelle dans la nature. C’est la colonie qui donne son sens à chaque abeille. La colonie a primauté sur l’individu. Un bon exemple de cela. Si une abeille pique pour défendre la colonie, elle va mourir. Toutes les abeilles (la reine y compris) travaillent au mieux-être et au développement de la colonie. Il est facile de voir le parallèle avec les entreprises. Celles qui réussissent le mieux placent le développement de l’entreprise au cœur de leur stratégie. Les individus y trouvent leur compte et utilisent leurs talents pour la développer. Il y a quelques fois des décisions cruelles à prendre, comme des fois des mises à pied, mais l’objectif ultime est toujours la survie de la colonie oups ! de l’entreprise. Une entreprise c’est une équipe. Tous doivent tendre vers l’objectif ultime de celle-ci : le succès de l’entreprise. Il n’y a personne d’irremplaçable et l’individualisme peut mener à la perte de l’entreprise. On demande aux employés de travailler à l’avancement de l’entreprise en utilisant tous leurs talents. À la limite certains individus ne cadrent plus dans la stratégie de l’évolution.

Ils doivent partir.

 

Deuxième constat : la reine n’a pas de fonction royale

La reine, qui est la mère de toutes les abeilles dans sa ruche, a comme fonction principale de pondre. Imaginez, elle peut pondre 1500 œufs par jour, soit son propre poids. Ses filles vont même la remplacer si elle ne peut pas pondre, parce que sa capacité est affectée pour toutes sortes de raisons. Il en va de la survie de la ruche.

Cependant, même si elle n’a pas de fonction royale, sa présence est essentielle dans la ruche. On réfère souvent à la fonction royale comme étant un parasite ou un profiteur qui viendrait de son statut ou de sa lignée royale. En fait la reine est sœur de toutes les abeilles présentes dans la ruche. La seule différence d’avec ses sœurs c’est qu’elle a été nourrie à la gelée royale au début de sa croissance. Il n’en demeure pas moins que son rôle est essentiel. Elle régularise la ruche en émettant des phéromones. Ces phéromones sont la signature olfactive de la colonie. Gare aux abeilles intruses qui essaient de pénétrer l’intérieur de la ruche et qui n’ont pas la bonne odeur. Ce qu’elle dégage (les phéromones) a un effet sur toutes les abeilles présentes dans la ruche. Cela régularise le désir d’essaimer (qui est la façon naturelle des abeilles de se reproduire). Elle influence le développement de la colonie. Elle retarde ou devance certaines tâches que les abeilles accomplissent.  Elle inhibe la capacité de ponte des ouvrières et maintient l’harmonie dans la ruche.

Selon moi, lorsqu’on traduit cela dans nos entreprises : la reine c’est le proprio, le chef, le d.g., le conseil d’administration. Le chef est comparable à la reine. Lui non plus n’a pas de fonction royale ou de pouvoir divin. Il est au service de l’entreprise. C’est lui qui est dans le ton (et non le taon). Sa fonction principale est de s’assurer de la survie de l’entreprise. Il a comme fonction d’en être le guide. Ses phéromones à lui ce sont les valeurs qu’il véhicule. J’ai toujours cru que les valeurs d’une entreprise sont celles du chef. Tout comme la reine, il y a des journées où il pond son propre poids, tellement il y a des choses que le font ch….avirer

 

Troisième constat : les abeilles sont multitâches

Abeille en train de butiner sur une grosse fleur

Au cours de son développement, une abeille sera tour à tour, nourrice, cirière, gardienne, et butineuse. Son corps va se transformer littéralement pour développer ces fonctions et elle va s’adapter aux conditions changeantes de la ruche. Ainsi, si les besoins en nourrice sont plus grands elle va demeurer nourrice plus longtemps.

Pour nos entreprises, quoi de plus beau que des employés polyvalents. Il faut savoir faire grandir nos employés, leur donner l’opportunité de se développer et de mettre en valeur leurs différents talents. En même temps il y a une récompense extrême à voir des gens accomplir différentes tâches. Encore mieux être capable de revenir à accomplir des tâches qu’ils avaient accomplies plus tôt, parce que l’entreprise en a besoin.

Comme entrepreneur nous avons comme responsabilité de faire grandir nos employés, stimuler leurs talents et nourrir leurs ambitions. Faire en sorte que nos employés s’adaptent aux conditions changeantes dans nos entreprises. Parmi ces tâches il y a celle que j’aime le mieux : gardienne.

Pour nos employés cela se traduit par le sentiment d’appartenance : être le gardien ou la gardienne de l’entreprise. Sachons leur inculquer la fierté et le sentiment d’appartenance.

 

Survivre

On attribue faussement à Einstein la déclaration suivante : “Si les abeilles venaient à disparaitre, l’humanité en aurait pour 4 ans avant de disparaitre“. Ce n’est pas de lui mais ça décrit bien l’importance des abeilles dans l’écosystème mondial. En fait cette phrase a été lancée par un agriculteur français en 1994 pour pallier l’arrivée en France de miels chinois et sensibiliser les français aux abeilles. On peut donc s’inspirer d’elles pour leur modèle de survie et d’adaptation. Nos entreprises ont constamment à s’adapter et à survivre.  Il y a des dirigeants politiques qui menacent bien plus l’écosystème mondial que la disparition de l’apis mellifera. Sans oublier l’aveuglement que nous avons à détruire notre environnement.

Les abeilles nous ont précédés et vont certainement nous survivre.

On peut donc s’inspirer d’elles pour leur modèle de survie et d’adaptation. Nos entreprises ont constamment à s’adapter et à survivre.

Bon succès à chacune et chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *